As Salafiyat du Monde

As Salafiyat du Monde
 
AccueilPortail*S'enregistrerConnexion
ROOM ASDM
ASDM, c'est aussi des rediffusions de cours (et autres) via notre room :

0oo ASDM As Salafiyat du Monde oo0

Horaire de la room cliquez ici
Aide forum
Vous ne savez pas comment fonctionne un forum ?
Pas de panique, Cliquez ici
IMPORTANT

NOTE IMPORTANTE:

Les documents et articles écrits par les membres de notre équipe (propres au forum, donc) sont la propriété d'ASDM.

Les reproduire en conservant la forme, le fond, le texte et la source vous est autorisé SAUF pour les Témoignages-Hidjrah et tout ce qui renvoie aux choses privées entre soeurs.

Nous vous rappelons qu'il ne vous est pas autorisé de reproduire les commentaires de nos sœurs actives du forum, Ceci ......par respect pour notre volonté d'atteindre la tranquillité,bi idhnii Llah.

"Allah est témoin de toute chose" (Sourate 58 ; Verset 6)
Derniers sujets

Partagez | 
 

 L'avis qui prêche l'annulation de la compensation du jeûne par la femme enceinte et celle qui allaite est un avis invraisemblable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oumabdillaah
Animatrice
Animatrice
avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 10/12/2014

MessageSujet: L'avis qui prêche l'annulation de la compensation du jeûne par la femme enceinte et celle qui allaite est un avis invraisemblable   Mer 3 Juin 2015 - 18:51

L'avis qui prêche l'annulation de la compensation du jeûne par la femme enceinte et celle qui allaite est un avis invraisemblable

Q: Il y a de cela neuf ans, quand j'étais enceinte de mon premier enfant, j'ai interrogé un des frères qui appellent à suivre la voie des ancêtres sur ce qu'il faut faire avec l'avènement du mois de Ramadan, alors que je ne peux pas jeûner à cause de la grossesse. Il m'a répondu que le jeûne ne m'est pas obligatoire, en citant ce hadith comme preuve: Allégea le voyageur de la moitié des prières (de quatre Rak'at, cf.: 'Awn Al Ma'boud), et la femme enceinte et celle qui allaite du jeûne. Et il m'a fait comprendre qu'il n'y a pas de rétribution. Je ne jeûnais plus quand j'étais enceinte ou allaitais et ce durant quatre ans, c'est-à-dire jusqu'à la naissance de mon quatrième enfant. Après cela, un frère m'a appris que les gens dans mon cas doivent uniquement verser une amende en se basant sur un hadith qui dit qu'Ibn `Abbâs ayant vu la mère de son enfant l'allaiter, lui dit: tu fais partie de ceux qui ne le supportent qu'avec grande difficulté; tu dois verser une amende et n'auras pas à compenser le jeûne. J'ai pris une somme d'argent pour nourrir les pauvres en guise d'amende pour les autres mois de ramadan que je n'avais pas jeûnés. Mais révérend cheikh, j'ai appris, à travers l'émission (Nour `alâ ad-Darb) de la part d'un savant vertueux , que les gens de mon espèce doivent compenser le jeûne. Si la compensation tarde, elle être accompagnée de l'expiation. Que dois-je faire, ô révérend cheikh, alors que le Ramadan est imminent si la longévité nous était prédestinée? La date de mon accouchement est fixée à quelques jours avant le Ramadan, et ce sera le cinquième mois de dette. Ma question est celle-ci: Quel est le degré d'authenticité du hadith et du Athar (parole d'un compagnon du Prophète) mentionnés par les frères. Si je meurs sans avoir compensé les cent cinquante jours de jeûne que j'ai comme dette, aurai-je commis un péché pour cela? J'aimerais avoir des éclaircissements afin d'avoir l'esprit tranquille. Qu'Allah vous rétribue. En plus, quand j'ai mis de côté de l'argent pour nourrir un pauvre. Mais, quand un frère en Allah voyageur en détresse est venu vers nous étant à court d'argent, je le lui ai donné avec l'intention d'expier le jeûne. Mon acte est-il valide ou dois-je nourrir un pauvre? Eclaircissez-moi, qu'Allah vous rétribue. .

R: La vérité dans tout ceci est que la femme enceinte et celle qui allaite doivent compenser le jeûne. L'avis rapporté d'après Ibn `Abbâs et Ibn `Omar selon lequel la femme enceinte et celle qui allaite doivent nourrir le pauvre est un avis invraisemblable et contraire aux preuves légales. Allah Gloire et Pureté à Lui dit: Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. La femme enceinte et celle qui allaite rejoignent le malade et n'obéissent pas au même jugement que le vieil homme inapte. Bien plus, elles sont considérées comme le malade et, par conséquent, compensent le jeûne si elles le peuvent même si cela doit encore tarder. Mais si la compensation tarde à cause d'une excuse légale, elles ne doivent pas nourrir le pauvre, et doivent se contenter uniquement de la compensation. Cependant, si la femme enceinte ou celle qui allaite ne compensent pas le jeûne par négligence, tout en ayant l'aptitude de ce faire, elles doivent allier la compensation au don de la nourriture au pauvre, si le prochain Ramadan errive sans qu'elles aient compensé le précédent par paresse et par négligence. Mais si le retard est dû à l'allaitement ou à la grossesse et non par paresse, elle doit simplement le compenser sans nourrir le pauvre. Mais ce que vous avez dépensé en nourrissant le pauvre est une œuvre accomplie dans la voie d'Allah et vous en serez récompensée, et cela suffit pour le don de nourriture obligatoire pour la compensation, si vous avez été négligente dans celle-ci. Vous devez compenser le jeûne en fonction de vos moyens et vous n'êtes pas tenue de jeûner de manière continue. Vous devez jeûner et rompre jusqu'à ce que vous accomplissiez entièrement ce que vous avez comme dette, si Allah le veut. Allah vient toujours au secours du serviteur et lui accorde le succès, quand il est sincère et loyal envers Lui et implore Son secours. Allah l'aide et lui facilité la compensation. Réjouissez-vous du bien, implorez le secours d'Allah et soyez sincère. C'est Allah Gloire et Pureté à Lui qui aide et accorde le succès.


القول بسقوط القضاء
عن الحامل والمرضع قول مرجوح

س: حينما كنت حاملاً بمولودي الأول وذلك قبل تسع سنوات سألت أحد الإخوة ممن يدعو لمنهج السلف عن
(الجزء رقم : 15، الصفحة رقم: 226)
ماذا أفعل وقد دخل علينا شهر رمضان ولا أستطيع الصوم لظروف الحمل فأجابني أن لا صوم عليّ مستدلاً بالحديث: وضع شطر الصلاة عن المسافر ووضع الصوم عن الحامل والمرضع وأيضًا ليس هناك جزاء وأصبحت لا أصوم حينما أكون حاملاً أو مرضعًا ولمدة أربع سنوات أي إلى مولودي الرابع وبعدها سمعت من أحد الإخوة أن على أمثالي الجزاء فقط مستدلاً بالأثر أن ابن عباس رأى أم ولد له مرضعًا فقال لها: أنت من الذين يطيقونه، عليك الجزاء وليس عليك القضاء، فأخذت مبلغًا من المال لأطعم جزاء به عن الأربعة أشهر التي عليَّ من رمضان ولكن يا فضيلة الشيخ سمعت من برنامج (نور على الدرب) من أحد العلماء الأفاضل أن على أمثالي القضاء ولو تأخر القضاء تكون معه كفارة فماذا أفعل يا فضيلة الشيخ ورمضان على الأبواب لو قدّر لنا الحياة. ومواعيد وضعي قبله بأيام وسيكون الشهر الخامس دينًا عليّ وسؤالي ما صحة ما ذكر الإخوة من الحديث والأثر ولو أدركني الموت قبل قضاء المائة والخمسين يومًا التي عليّ هل أكون آثمة بذلك. أرجو الإفادة ليطمئن قلبي جزاكم الله خيرًا ثم إنني وضعت من المال بنية الإطعام وجاءنا أحد الإخوة في الله عابر سبيل
(الجزء رقم : 15، الصفحة رقم: 227)
نفذ ما عنده من المال فأعطيته إياه بنية كفارة الفطر فهل يصح عملي هذا أم أطعم؟ أفيدوني جزاكم الله خيرًا .
ج : الصواب في هذا أن على الحامل والمرضع القضاء، وما يروى عن ابن عباس وابن عمر أن على الحامل والمرضع الإطعام هو قول مرجوح مخالف للأدلة الشرعية، والله سبحانه يقول: وَمَنْ كَانَ مَرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِنْ أَيَّامٍ أُخَرَ ، والحامل والمرضع تلحقان بالمريض وليستا في حكم الشيخ الكبير العاجز بل هما في حكم المريض فتقضيان إذا استطاعتا ذلك ولو تأخر القضاء، وإذا تأخر القضاء مع العذر الشرعي فلا إطعام بل قضاء فقط، أما إذا تساهلت الحامل أو المرضع ولم تقض مع القدرة فعليها مع القضاء الإطعام إذا جاءها رمضان الآخر ولم تقضها تساهلاً وتكاسلاً، فعليها القضاء مع الإطعام، أما إذا كان التأخير من أجل الرضاعة أو الحمل لا تكاسلاً فإن عليها القضاء فقط ولا إطعام، وما أنفقت من الإطعام فهو في سبيل الله ولك أجره، ويكفي عن الإطعام الواجب في القضاء إذا كنت تساهلت في القضاء، وعليك القضاء تصومين حسب الطاقة ولا يلزمك التتابع، تصومين وتفطرين حتى تكملي ما
(الجزء رقم : 15، الصفحة رقم: 228)
عليك إن شاء الله والله في عون العبد وتوفيقه - سبحانه- إذا صدق العبد وأخلص لله واستعان به فالله يعينه ويسهل له القضاء، فأبشري بالخير واستعيني بالله واصدقي، والله هو المعين والموفق سبحانه وتعالى.



Les Fatwas d'Ibn Bâz > Quinzième Volume > Livre du jeûne > Ceux qui sont obligés de jeûner et les excuses qui permettent de couper le jeûne > L'avis qui prêche l'annulation de la compensation du jeûne par la femme enceinte et celle qui allaite est un avis invraisemblable
(Numéro de la partie: 15, Numéro de la page: 226-228)
www.alifta.com
Revenir en haut Aller en bas
 
L'avis qui prêche l'annulation de la compensation du jeûne par la femme enceinte et celle qui allaite est un avis invraisemblable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit sondage pour celles qui ont perdu du poids en zermatisant...
» Hildegarde de Bingen, prochainement docteur de l'Église ?
» Eveil du Corps sacré
» La soiree va etre longue !!
» Harcelement des femmes dans la rue au quotidien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
As Salafiyat du Monde :: ISLAM :: RAPPELS PUBLIES PUBLIQUEMENT DANS LES RÉSEAUX ET SITE, CHEZ ASDM ! :: Rappel pour tous chez As Salafiyat Du Monde! :: Fatawas :: La femme-
Sauter vers: